4 décembre 2012

CENTRE SEMMELWEIS, GUINGAMP: CONTRIBUTION AU DEBAT DE Mme LE DOCTEUR ANNE BOURGEOIS
CONTRIBUTION AU DEBAT AUTOUR DU CENTRE SEMMELWEIS DE GUINGAMP: LE DOCTEUR BOURGEOIS ECRIT

L’ ARS(Agence Régionale de la Santé) prône la « dangerosité » ou le fameux principe de précaution lorsqu’il critique et tente de mettre hors la loi le centre d accouchement aquatique ouvert a Guinguamp.

J’ai réalisé ma thèse de doctorat en médecine sur l accouchement dans l eau en 1997.Mon travail a consisté à définir les risques et donc à établir les règles de sécurité indispensable de la phase de travail a la mise au monde dans l’eau pour que cette technique puisse être reproductible et au moins au même niveau de sécurité qu un accouchement traditionnel. Cette thèse a été rédigée sous l autorité et le contrôle de Mr le Pr Frydman (CHRU Clamart)) et j ai eu aussi l honneur de soutenir cette thèse devant Mr le Pr Sureau ( Président honoraire de l’ Académie de Médecine) .

La technique utilisée a Guinguamp avec la baignoire d accouchement ONDINE respecte entièrement les règles de sécurité définies et reconnues par ces éminents professeurs.

Je m étonne alors que l’ARS et ses « bureaucrates » puissent remettre en cause le fait que des parents a priori adultes puissent faire le choix de cette methode d accouchement encadrée, qui me parait une alternative raisonnable au choix existant entre accouchement au domicile et accouchement en structure hospitalière de plus en plus déshumanisée.

Car parallèlement :
L’ ARS a t elle le respect du principe de précaution et le réel souci de notre santé lorsqu elle modifie le systême de permanence de soin à peau de chagrin dans nos campagnes par souci d économie …Net déséquilibre dans l accès au soin d urgence entre villes (SOS médecin ) et zones rurales ( cf permanence de soin Finistère 2012)
L’ ‘ARS a t elle le souci de notre santé et le respect du principe de précaution lorsqu’elle autorise que les médicaments administrés aux patients soient fabriqués sur des sites lointains a moindre coût pour les firmes pharmaceutiques mais hors contrôles efficaces; entrainant des ruptures de stocks de traitements indispensables aux malades et parfois des mises sur le marché de principes actifs déficients …

( Les cahiers du médicament LA REVUE DU PRATICIEN Mai 2012- tome 62- N°5)

La médecine française est prise en étau entre un ultralibéralisme du marché du médicament et du matériel médical et une bureaucratie stalinienne qui prive notre territoire d ‘une médecine humaine et de proximité !

Le rôle du médecin est de prévenir, dépister la maladie et de proposer le traitement optimal, il a un devoir de formation pour lui et d’ information au patient.Le patient ou la parturiente doit conserver sa possibilité de choix de prise en charge.La responsabilité au soignant de bien informer,il a cependant la possibilité de refuser de réaliser un acte ou un traitement qui lui semble dangereux.
Je suis certaine que l équipe du centre d’accouchement dans l eau de Guinguamp garde toujours à l esprit la maxime du bon médecin :

SCIENCE , CONSCIENCE, BON SENS

Nous tous devons restez vigilants au respect de la liberté de choix de prise en charge thérapeutique, a l’égalite d accès aux soins et aussi à la qualité des soins .