La sécurité

Plusieurs décès périnataux ont été décrits : deux décès en France (un décès lors d’un accouchement dans l’eau à domicile[26], un dans la série présentée) ,12 décès reportés en Angleterre et Pays de galle[31][Alderdice,lancet], un décès en suède, et un décès en suisse[Reid]. Seul le décès de l’enfant né à domicile a été directement imputé à l’eau. Les étiologies des autres décès n’ont pas toujours été retrouvées ou transmises. Nous avons vu à travers ce travail que la majorité des équipes surveillaient le coeur foetal de façon discontinue.

La surveillance continue du coeur foetal par télémétrie apporte des enregistrements d’excellente qualité [20] qui permettent de dépister immédiatement toute souffrance foetale aigue.

Certaines études mettent en doute l’utilité de la surveillanc électronique du RCF. Certaines, ont montré une augmentation du taux de césarienne dûe à l’enregistrement du RCF par monitoring électronique[Banta]. L’OMS réprouve l’utilisation systématique du monitorage foetal, en dehors des situations à risque et demande aux personnels qualifiés de déterminer les populations nécessitant cette technique.

Pourtant la surveillance continue du RCF est une sécurité, importante, incontournable pour la poursuite de l’évaluation de l’accouchement aquatique, notamment pour permettre aux femmes à risque de profiter de cette méthode d’accouchement. Le décès néonatal, non expliqué, d’un enfant, né dans l’eau, sans surveillance du RCF, dans la série présentée. Pourtant, seule les femmes de bons pronostic d’accouchement était autorisée à accoucher dans l’eau sans surveillance continue du coeur foetal.

Cet accident est un exemple sévère quant à la nécessité de conserver le maximun de sécurité même lorsque l’on recherche des méthodes moins invasives. Après cet accident, il n’y a plus eu d’accouchement aquatique avec ce matériel de 1ère génération( sans monitoring).

La surveillance par télémétrie autorise la liberté de mouvements de la femme[johnson]. L’enregistrement et la lecture à distance, protège l’intimité de la femme et évite l’anxieté engendrée par cette technologie [Haverkamp, Banta]

Le siège, permettant la sortie passive et rapide de la femme, a été utile et très apprécié par l’équipe obstétricale et les parturientes, lors des sorties de bain en cours de travail où après l’accouchement .Iil représente une sécurité et un confort supplémentaire.

Le maintien automatique de la température à 37°C est un des autres points clefs de la sécurité de la méthode (cf. chap 2.5) .

Les contaminations des baignoires et des accessoires sont aussi à considèrer. Les protocoles, doivent obligatoirement comprendre la désinfection stricte du matériel après chaque naissance et les prélèvements bactériologiques sur le matériel et l’eau.

A condition d’être respectée dans sa globalité, la méthode d’accouchement aquatique présentée dans ce travail correspond aux règles de sécurité requises. Il est alors possible de conclure à son respect des règles de sécurité réclamées par la déclaration de HELSINKI [zimmer, 7 ].