Résultats

Immersion dans l’eau

Sur les 201 femmes utilisant le bain pendant le travail, 143 ont accouché dans l’eau soit 71.1% de la population globale (tableau 1) ; avec, selon la parité, 55.2% des primipares et 81.6% des multipares.

Le travail s’est déroulé dans l’eau jusqu’à dillatation complète pour 84.58% de la population étudiée (tableau 2). La répartition était la suivante : 74.28% des primipares et 95.83% des multipares.

Tableau 1 *

PARITENAISSANCE DANS L’EAU 1 2 3 4 5 TOTAL %
oui 58 50 29 4 2 143 71.1
non 47 9 2 0 0 58 28.9
TOTAL 105 59 31 4 2 201 100
% 55.2 84.7 93.5 100 100

Tableau 2 *

PARITETRAVAIL DANS L’EAU 1 2 3 4 5 TOTAL %
oui 78 55 31 4 2 170 84.58
non 27 4 0 0 0 31 15.42
TOTAL 105 59 31 4 2 201 100
% 74.28 93.22 100 100 100

Soit 31 femmes sorties de l’eau en cours de travail : 1 pour anomalie du rythme cardiaque foetal, 22 pour anesthésie péridurale dont 19 primipares, 8 pour mauvaise progression du travail. 27 femmes sont sorties de l’eau en cours d’expulsion : manoeuvres instrumentales, douleur excessive, préférence personnelle.

Temps de travail

Le temps de travail est mesuré, ici, à partir du moment où la parturiente entre dans le bain jusqu’à l’arrivée à dilatation complète (tableau 3). Nous rappelons que l’entrée dans le bain est décidée lorsque la femme demande un soulagement et que les contractions sont reconnues efficaces à l’enregistrement .

Le temps de travail était inférieur à 2 heures pour 77.4% de la population étudiée.

Selon la parité, on a retrouvé une médiane du temps de travail inférieur à 2 heures pour les primipares et à 1 heure pour les multipares. Ainsi, 67.61% des primipares ont eu un temps de travail inférieur à 2 heures et pour 70.21% des multipares, il était inférieur à 1 heure.

26 femmes (13.1%) dont 6 primipares sont entrées dans l’eau à dilatation complète, pour la mise au monde. Par ailleurs, 7 femmes (3.5%) dont 6 primipares ont un temps de travail supérieur à 4 heures. Dans cette étude, le temps de travail n’a jamais été supérieur à 7 heures.

Les ocytociques ont été exceptionnellement nécessaires.

Tableau 3 *

PARITETEMPS DE TRAVAIL/heure 1 2 3 4 5 TOTAL % %CUMUL
0 6 15 3 1 1 26 13.1 13.1
1 26 28 16 1 1 72 36.2 49.3
2 39 7 8 2 0 56 28.1 77.4
3 20 6 2 0 0 28 14.1 91.5
4 8 2 0 0 0 10 5 96.5
5 4 0 1 0 0 5 2,5 99
6 1 0 0 0 0 1 0.5 99.5
7 1 0 0 0 0 1 0.5 100
TOTAL 105 58 30 4 2 199*

*Total sur 199 car 2 dossiers incomplets

Temps de travail par heure :

0 signifie entrée dans l’eau à dilatation complète
1 signifie un travail dans l’eau de moins d’une heure, 2 de moins de deux heures etc…

Demande d’analgésie péridurale

Les anesthésistes des 2 maternités concernées étaient disponibles 24 heures sur 24. Les parturientes informées avaient toutes un bilan pré-anesthésique et pouvaient bénéficier d’une anesthésie péridurale sur simple demande.

Dans cette étude, le besoin de péridurale a été ressentie chez 10,94% de la population étudiée. 18.1% des primipares et 3.5% des multipares ont demandé une anesthésie par péridurale (tableau 4).

Sur les 27 primipares sorties de l’eau avant la fin du travail, 19 femmes ont bénéficié d’une anesthésie péridurale.

Tableau 4 *

PARITEPERIDURALE 1 2 3 4 5 TOTAL %
oui 19 3 0 0 0 22 10.95
non 86 56 31 4 2 179 89.05
TOTAL 105 59 31 4 2 201
% 18.1 5.1 0 0 0

Les césariennes en urgence et les manoeuvres instrumentales

Pour interpréter ces résultats, il est important de retenir que les femmes pour lesquelles une césarienne était programmée étaient exclues de l’étude.

Le taux de césarienne en urgence (tableau 5) a été de 2.48% sur la population totale étudiée.

Tableau 5 *

PARITECESARIENNE 1 2 3 4 5 TOTAL %
oui 2 2 1 0 0 5 2.49
non 103 57 30 4 2 196 97.51
TOTAL 105 59 31 4 2 201
% 1.9 3.38 3.2 0 0

Manoeuvres instrumentales

Dans cette étude, les manoeuvres instrumentales ont été réduites à l’utilisation de forceps. L’utilisation de forceps imposait toujours la sortie de l’eau de la femme qui reprenait une position gynécologique classique.

Le taux de forceps a été de 9.95% dans la population totale ; avec, selon la parité, 18.1% chez les primipares et 1.04% chez les multipares (tableau 6).

Tableau 6*

PARITEFORCEPS 1 2 3 4 5 TOTAL %
oui 19 1 0 0 0 20 9.95
non 86 58 31 4 2 181 90.05
TOTAL 105 59 31 4 2 201
% 18.1 1.4 0 0 0

En fonction du moment de la sortie de l’eau, la répartition était la suivante :

-parmi les 31 femmes ( 27 primipares et 4 multipares ) sorties de l’eau en cours de travail, l’utilisation de forceps a été nécessaire chez 11 primipares

-parmi les 27 femmes ( 20 primipares et 7 multipares ) sorties de l’eau au début ou en cours de la phase d’expulsion, 8 primipares et 1 multipare ont eu besoin de forceps

Césariennes et forceps

Dans la population totale ( 201 femmes ), nous retrouvons 20 forceps et 5 césariennes. Une intervention obstétricale ( forceps et césarienne ) pour dystocie a été nécessaire dans 25 cas, soit, pour 12,43% de la population totale.

Nous retrouvons 16 femmes ( 11 forceps et 5 césariennes ) sorties de l’eau en cours de travail qui ont du subir une intervention obstétricale, soit 7,9% de la population totale. Parmi les femmes restées dans l’eau pour toute la phase de dilatation, 9 ont dû sortir en cours d’expulsion pour forceps, soit 4,47% de la population étudiée.

Forceps et anesthésie péridurale

Parmi les 20 femmes ayant eu des forceps, 11 femmes étaient sorties de l’eau en cours de travail et 9 étaient sous anesthésie péridurale. Il y a donc eu 2 primipares sorties de l’eau en cours de travail qui ont eu des forceps sans anesthésie péridurale. De même pour les 9 forceps chez les femmes ( 8 primipares et 1 multipare ) sorties de l’eau pendant la phase d’expulsion et qui n’ont donc pas pu bénéficier d’une anesthésie péridurale.

En comparant forceps et péridurale chez les primipares :

– 47.36% des 19 primipares ayant eu une péridurale ont nécessité l’utilisation des forceps pour 25% des 8 primipares sans péridurales.

Le périnée

Les atteintes périnéales ont été classées en 8 sous-groupes :

– les périnées intacts ( IN)
– les éraillures (ER)
– les déchirures superficielles du 1er degré incomplètes, sans atteinte du plan musculaire et ne nécessitant pas plus d’un point de suture (DE)
– les épisiotomies classées selon le nombre de points de I à V ( 1 point correspond à 1 cm )
-les déchirures complètes du périnée (PC)

Pour simplifier les résultats, les éraillures et déchirures du 1er degré sont réunies dans les lésions superficielles et les épisiotomies sont regroupées.

Les résultats sur la population totale (tableau 7) ont retrouvé un taux de périnée intact de 23,43% et un taux de 51,56% pour les lésions superficielles ne nécessitant pas de suture. Le taux d’épisiotomies était de 24,47%. Pour les primipares et les multipares, la répartition était respectivement de 16% et 31.52% pour les périnées intacts ; 44% et 59.78% pour les lésions superficielles ; 39% et 7.6% pour les épisiotomies.

Tableau 7 : population totale *

PARITEPERINEE IN ER DE Ier EP I EP II EP III EP IV EP V PC TOTAL
primipares 16 22 22 2 3 20 11 3 1 100
multipares 29 27 28 1 2 2 3 0 0 92
TOTAL 45 49 50 3 5 22 14 3 1 192
% 23.43 25.5 26 1.6 2.6 11.45 7.3 1.6 0.5

La population étudiée est divisée en 2 groupes : le premier dans lequel les femmes sont sorties de l’eau pour la mise au monde (tableau 8), comprenant 49 femmes dont 42 primipares et 7 multipares ; et le deuxième groupe pour lequel travail et mise au monde se sont déroulés dans l’eau (tableau 9), comprenait 143 femmes dont 58 primipares et 85 multipares.

Dans le premier groupe (tableau 8):

– 14,28% des femmes ont conservé un périnée intact ( 9,5% pour les primipares).

– 12,24% des femmes ont eu des lésions superficielles ( 9.5% pour les primipares). – 71,42% des femmes ont subit une épisiotomie ( 78% pour les primipares).

Dans ce groupe, nous avons retrouvé une déchirure complète du périnée chez une primipare ; la seule dans la population totale.

Le petit nombre de multipares ( 7 ) ne permet pas de calculer des pourcentages significatifs, comparables aux pourcentages retrouvés dans le 2ème groupe ( 85 multipares )

Tableau 8 : population ayant accouché hors de l’eau (1er groupe) *

PARITEPERINEE IN ER DE Ier EP I EP II EP III EP IV EP V PC TOTAL
primipares 4 3 1 0 1 18 11 3 1 42
multipares 3 2 0 0 0 1 1 0 0 7
TOTAL 7 5 1 0 1 19 12 3 4 49
% 14.3 10.2 2 0 2 38.8 24.4 6.1 8.1

Dans le second groupe (tableau 9) :

-Le taux de périnée intact était de 26,57% (20,68% pour les primipares).
-Le taux de lésions superficielles était de 65,03% ( 68,96% pour les primipares).
-Le taux d’épisiotomie a été de 8,39%, avec selon la parité, 10,34% chez les primipares et 7,05% chez les multipares.

Tableau 9 : population ayant accouché dans l’eau (2ème groupe) *

PARITEPERINEE IN ER DE Ier EP I EP II EP III EP IV EP V PC TOTAL
primipares 12 19 21 2 2 2 0 0 0 58
multipares 26 25 28 1 2 1 2 0 0 85
TOTAL 38 44 49 3 4 3 2 0 0 143
% 26.5 30.8 34.3 2 2.7 2 1.4 0 0

Incidents et accidents chez le nouveau-né

Problèmes infectieux :

2 cas d’otites externes à pyocyanique ont été retrouvés chez les enfants nés dans l’eau dans la baignoite prototype de 1ère génération .

Aucun problème infectieux n’a été dépisté chez les nouveau-nés avec le matériel de 2 ème génération.

Transfert néonatal en unité de soins intensifs et décès :

Un décès néonatal après naissance dans l’eau avec la technique de 1ère génération ; L’enfant est né en état de mort apparente les manoeuvres de réanimation n’ont pas abouti. La responsabilité de l’eau par inhalation ( pas de liquide à l’aspiration ) n’a pas été retenue par l’équipe de néonatologie. L’absence de monitoring continu, ne permet pas d’étudier le RCF. Pas de renseignement sur la température du bain pendant l’immersion.

Pas de mortalité foetale avec la technique de 2ème génération.

2 transferts néonatals pour détresse respiratoire transitoire sans inhalation, les enfants sont sorties du service de néonatologie après 48heures de surveillance, sans complications ultérieures. Soit un taux de transfert néonatal de 1.6% pour les naissances avec surveillance continue du coeur foetal.

Incidents et Accidents chez la femme dans le post-partum

Pendant l’accouchement :

Aucune symptomatologie de variation hémodynamique significative chez la femme n’a été signalé pendant les bains d’eau chaude.
Aucune sortie de l’eau pour refroidissement ou hyperthermie n’a été retrouvée.

Pendant le post-partum :

La délivrance s’est déroulée hors de l’eau dans tout les cas présentés .
Il n’a pas été décrit d’hémorragie du post-partum.
Il n’y a pas eu de problème infectieux.

Le vécu de l’accouchement

Avant sa sortie de la maternité la jeune mère était interrogée pour connaître son impression sur son accouchement et notamment sur son désir de renouveler l’expérience de l’eau lors d’un prochain accouchement.

Les chiffres obtenus (tableau 10) sur la population totale ont montré que 97,51% des femmes souhaitaient renouveler l’expérience. Il n’y avait pas ici de différence de répartition entre primipares et multipares.

Sur les 58 femmes étant sorties de l’eau avant la mise au monde, 2 ne désiraient pas renouveler l’expérience de l’eau.

Sur les 143 femmes ayant accouché dans l’eau, 3 ne désiraient pas accoucher de nouveau dans l’eau.

Tableau 10 *

PARITEBAIGNOIRE à nouveau 1 2 3 4 5 TOTAL %
oui 103 57 30 4 2 196 97.51
non 2 2 1 0 0 5 2.49
TOTAL 105 59 31 4 2 201 98.1
% 98.1 96.6 96.8 100 100